Skip to content
Warning: To enhance the user experience on this site we use cookies.

Cherchez un club

Cherchez par nom de club, code postal ou commune

Actualités

Communiqué de presse - 31 juillet 2020

L'association professionnelle lance sa campagne : les centres de fitness sont sûrs et font partie de la solution

Une campagne pour empêcher la fermeture à l'échelle nationale

Depuis mercredi, les centres de fitness de la province d'Anvers sont à nouveau fermés en raison de la résurgence du coronavirus. L'association professionnelle Fitness.be a précédemment annoncé qu'elle n'était pas d'accord avec cette décision. Aujourd'hui, elle va même plus loin. Une campagne nationale souligne que grâce à toutes les mesures de précaution, le fait de fréquenter une salle de fitness est totalement sûr et qu'il n'y a pas de risque accru de contamination. De plus, l'exercice physique permet une plus grande résistance ainsi qu'un meilleur bien-être mental. Les clubs ne sont donc pas le problème, mais une partie de la solution.

Une fermeture  inutile
1 Belge sur 10 a un abonnement à une salle de fitness. Après un long confinement, depuis la réouverture le 8 juin, chacun a pu recommencer à faire du sport dans son club préféré. Mais pour les amateurs de fitness de la province d'Anvers, ce n'est à nouveau plus possible depuis mercredi, en raison de la fermeture imposée suite à la nouvelle vague de coronavirus. L'association professionnelle Fitness.be n'est pas d'accord avec cette fermeture et lance donc aujourd'hui une campagne de communication nationale via les réseaux sociaux et les médias pour rappeler aux sportifs et aux décideurs que les centres de fitness sont sûrs et essentiels en période de coronavirus.

Eric Vandenabeele, directeur de l'association professionnelle Fitness.be : « Pour nous, cette fermeture imposée dans la province d'Anvers est inacceptable. Cela s'est fait sans aucune consultation du secteur, alors que nous avons de solides arguments pour maintenir les clubs ouverts. De plus, nous n'avons pas eu un seul foyer de contamination. D'où cette campagne, pour faire valoir à nouveau clairement ces arguments. Car nous voulons absolument éviter que, sur les conseils de la cellule d'évaluation Celeval, les pouvoirs publics décident de fermer à nouveau tous les clubs. Nous espérons que cette campagne nous permettra de ne pas avoir à prendre d'autres mesures vis-à-vis du gouvernement, comme à Barcelone, où un procès a dû être intenté pour permettre la réouverture des clubs. »

Des mesures de sécurité strictes
On suppose à tort que les clubs sportifs sont des lieux où le virus se propage facilement. L'ordonnance de police qui impose la fermeture des clubs de fitness d'Anvers fait référence à une étude réalisée en Corée du Sud , mais ne précise pas les mesures de sécurité ou de distanciation sociale qui y ont été prises. De plus, une étude récente menée par l'Université d'Oslo  en pleine période de coronavirus démontre précisément qu'il n'y a pas de risque de propagation accrue du COVID-19 dans les centres sportifs, à condition que des mesures d'hygiène et de distance appropriées soient respectées. Fitness.be rappelle qu'avant la réouverture, un protocole très strict a été établi. Tous les centres de fitness belges ont pris leurs responsabilités pour permettre à leurs membres de faire du sport en toute sécurité et ont fait des efforts considérables pour se conformer pleinement aux règles formulées dans le protocole sectoriel. Par exemple, depuis la réouverture, tous les clubs utilisent un système de réservation pour permettre le traçage des contacts. La distanciation sociale est garantie partout, y compris dans les cours collectifs, au moyen de zones de marquage et d'appareils déplacés ou mis hors service, et il existe une obligation générale de port du masque. Tous les clubs ont une ventilation efficace et la plupart ont été vérifiés et modifiés selon les conseils de la REHVA (Federation of European Heating, Ventilation and Air Conditioning Associations) pour assurer une ventilation maximale partout avec 100 % d'air frais provenant de l'extérieur.

Tom van Eetvelde, Operations Director chez Basic-Fit, la plus grande chaîne de fitness en Belgique : « Depuis la réouverture le 8 juin, nous avons déjà eu près de 2,5 millions de visites dans nos 188 clubs belges et pas un seul foyer n'a été identifié. Pas plus que dans nos clubs situés dans d'autres pays. Notre circulation d'air est partout 2,5 fois meilleure que ce qu'exige la réglementation. Nous soutenons cette campagne parce que nous voulons que nos membres  soient conscients des mesures de sécurité de grande envergure et puissent venir faire du sport sans inquiétude. »

Le fitness fait partie de la solution
La campagne souligne non seulement les conditions de sécurité, mais aussi l'importance du sport et de l'exercice physique dans la lutte contre le coronavirus. Les scientifiques s'accordent à dire que le fitness, le sport et l'exercice physique nous rendent plus résistants et augmentent notre immunité grâce à une meilleure endurance et à une moindre surcharge pondérale.  En plus des bienfaits physiques, l'activité physique est aussi bénéfique pour notre mental. Elle réduit le stress et aide à prévenir la dépression. 

Eric Vandenabeele : « Un système immunitaire efficace est essentiel pour prévenir les maladies. Les personnes en bonne santé sont donc moins exposées au risque de tomber gravement malades. Grâce aux clubs de fitness, les Belges travaillent à la fois sur leur santé mentale et physique, ce qui constitue une arme indispensable dans la lutte contre le coronavirus. Depuis 25 ans, nous travaillons de manière préventive sur la santé de nos membres. Et aujourd'hui, en pleine crise sanitaire, cela ne serait soudainement plus important ? Alors que, au lieu d'être un problème, nous faisons  partie de la solution. Pour nous, il est inacceptable que la décision de fermer les clubs soit basée sur une étude réalisée en Corée du Sud, où nous ne savons même pas comment les cours sont organisés. Alors que tous nos clubs ont fait des efforts et des investissements très importants pour respecter le protocole strict. Parmi eux, on trouve également de nombreux entrepreneurs locaux. Une deuxième fermeture serait le coup de grâce pour eux. »